Cookies sur les sites Web Omega
Nous utilisons des cookies sur ce site Web. Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement de notre site.
Si vous continuez sans modifier vos paramètres, nous supposerons que vous êtes heureux de recevoir tous les cookies de notre site Web.
Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez cliquer ici
Fermer
Panier  |  Contact  | 
NUMÉRO VERT 0805 541 038
INTERNATIONAL+33 01 57 32 48 17

Qu'est-ce qu'un LVDT (transducteur différentiel variable linéaire)?

Un LVDT est un dispositif électromécanique utilisé pour convertir un mouvement mécanique ou des vibrations, en particulier un mouvement rectiligne, en courant électrique variable, en tension ou en signaux électriques, et inversement. Mécanismes de commande principalement utilisés pour les systèmes de commande automatiques ou comme capteurs de mouvement mécaniques dans les technologies de mesure. La classification des transducteurs électromécaniques comprend des principes de conversion ou des types de signaux de sortie.

Vers le bas

Passer à la Section

Types de LVDT

Diagrammes LVDT de base

Innovations et applications

En résumé, un transducteur linéaire fournit une quantité de tension de sortie correspondant aux paramètres mesurés, par exemple la force, pour un traitement simple du signal. Les capteurs LVDT sont sensibles aux interférences électromagnétiques. La réduction de la résistance électrique peut être améliorée grâce à des câbles de connexion plus courts afin d'éliminer les erreurs importantes. Un transducteur différentiel linéaire nécessite trois à quatre fils de connexion pour l'alimentation et la transmission du signal de sortie.

Physiquement, le LVDT se compose d'un cylindre métallique creux dans lequel un arbre d'un diamètre inférieur se déplace librement d'avant en arrière le long du grand axe du cylindre. L'axe, ou barre de liaison, se termine par un noyau magnétiquement conducteur qui doit se trouver à l'intérieur du cylindre ou de l'ensemble bobine lorsque le dispositif fonctionne.

Il est courant que la barre de liaison soit physiquement fixée à l'objet mobile dont la position doit être déterminée (le mesurande), tandis que l'ensemble bobine est fixé à un point de référence fixe. Le mouvement du mesurande déplace le noyau dans l'ensemble bobine ; ce mouvement est mesuré électriquement.

Principes de conversion :
  • Électromagnétique
  • Magnétoélectrique
  • Électrostatique
Signaux de sortie:
  • Sortie analogique et discrète
  • Numérique
Évaluation des transducteurs électromécaniques :
  • Qualités statiques et dynamiques
  • Sensibilité ou ratio de transfert - E=ΔY / Δx ou ΔY est la modification de la quantité de sortie y lorsque la quantité d'entrée x est modifiée par Δx
  • Signal de sortie—plage de fréquence de fonctionnement
  • Erreur statique de conversion ou du signal

Types de LVDT

Capteurs LVDT - déterminez si vous devez mesurer un courant relatif : entrée C, sortie CA, entrée CC, sortie CC ou mesurer les fréquences de résonance des bobines en fonction de la position de la bobine, des dispositifs basés sur la fréquence.

LD400 :Transducteurs différentiels à sortie CC miniatures avec roulements en acétal

Armatures captives : ces mécanismes sont plus adaptés aux longues plages de fonctionnement. Les armatures captives permettent d'éviter les erreurs d'alignement car elles sont guidées et bloquées par des assemblages à faible friction.

Armatures non guidées: procurant une qualité de résolution infinie, le mécanisme d'armature non guidée présente une conception sans usure qui ne limite pas la résolution des données mesurées. Ce type de mécanisme est fixé à l'échantillon à mesurer, raccordé sans serrer dans le tube, ce qui nécessite que le corps du LVDT soit soutenu séparément.

Armatures étendues par la force: utiliser des mécanismes à ressort internes, des forces pneumatiques ou des moteurs électriques pour pousser l'armature en continu jusqu'à son extension maximale. Les armatures à extension par la force sont utilisées dans les LVDT pour les applications à déplacement lent. Ces mécanismes ne nécessitent aucun raccordement entre l'échantillon et l'armature.

Les transducteurs différentiels variables linéaires sont couramment utilisés dans les outils d'usinage modernes, l'avionique, la robotique, ainsi que pour l'usinage automatisé par commande informatisée ou de mouvement. La sélection d'un type de LVDT applicable peut être envisagée à l'aide des spécifications suivantes :

Linéarité: déviation maximale par rapport à la proportion directe entre la distance mesurée et la distance de sortie sur la plage de mesure.

> 0,025 ± % pleine échelle

0,025 - 0,20 ± % pleine échelle

0,20 - 0,50 ± % pleine échelle

0,50 - 0,90 ± % pleine échelle

0,90 - ± % pleine échelle et plus

Température de fonctionnement: > -35 °C, -35 à 0 °C, 0 à 80 °C, 80 à 125 °C, supérieure à 125 °C. Plage de température dans laquelle l'appareil doit fonctionner avec précision.

Plages de mesure: 0,02 po, 0,02 à 0,32 po, 0,32 à 4,0 po, 4,0 à 20,0 po, ±20,0 po (plage de mesure ou distance maximale mesurée)

Précision: décrit le pourcentage d'écart par rapport à la valeur réelle des données de mesure.

Sortie: tension, courant ou fréquence

Interface: Série—protocole de sortie numérique standard (série) comme RS232 ou Parallèle—protocole de sortie numérique standard (parallèle) comme IEEE488.

Type LVDT: équilibre de courant CA/CA, CC/CC ou basé sur la fréquence

Déplacement: un transducteur différentiel variable linéaire, ou LVDT, est un transducteur électrique utilisé pour mesurer la position linéaire. Le déplacement linéaire est le mouvement d'un objet dans une direction le long d'un seul axe. La mesure du déplacement indique la direction du mouvement. Le signal de sortie du capteur de déplacement linéaire correspond à la mesure de la distance parcourue par un objet en millimètres (mm) ou en pouces (po) et peut avoir une valeur négative ou positive. Les transducteurs différentiels LVDT de précision sont installés sur la plupart des gammes de produits modernes pour le jaugeage automatique au triage, les applications « go-no go » et les opérations de qualité. La construction d'arbres en acier trempé, de joints toriques et de barres de liaison en titane permet d’optimiser la fonction de précision dans la plupart des conditions industrielles. L'utilisation de modules CI hybrides fournit une sortie linéaire mV/V/mm ou mV/V/pouce pour l'interface avec les compteurs d'entrée CC standard, les contrôleurs industriels, les enregistreurs et les interfaces de données.

Les LVDT sont étudiés et conçus pour s'adapter à de nombreuses applications industrielles:

LD500 :transducteurs de jaugeage CC de précision LVDT pour le contrôle qualité ou outil d'automatisation

Électriquement, le LVDT est un dispositif à inductance mutuelle. L'ensemble bobine comprend trois enroulements de transformateur. Un primaire central est accompagné de deux secondaires, un de chaque côté ; les sorties secondaires sont câblées ensemble pour former un circuit opposé de série. L'excitation CA est appliquée au primaire, ce qui donne une augmentation des courants d'inductance dans les secondaires tels qu'ils sont portés par le noyau magnétiquement conducteur. Avec le noyau au point mort (équidistant par rapport aux deux enroulements secondaires), aucune tension n'apparaît aux sorties secondaires. Dès que le noyau se déplace, même d’une faible valeur, une tension différentielle est induite à la sortie secondaire. La phase de la tension est déterminée par la direction du déplacement du noyau ; l'amplitude est déterminée plus ou moins linéairement par l'amplitude de l'excursion du noyau depuis le centre.

Cette conception différentielle confère au LVDT un avantage significatif par rapport aux dispositifs de type potentiomètre, dans la mesure où la résolution n'est pas limitée par l'espacement des enroulements de bobine. Dans un transducteur linéaire, tout mouvement du noyau entraîne un changement proportionnel de la sortie. Le LVDT a donc une résolution théoriquement infinie : en pratique, la résolution est limitée uniquement par l'électronique de sortie externe et les suspensions physiques.

Étant donné qu'il s'agit d'un transformateur, le LVDT nécessite un signal d'entraînement CA. Un boîtier électronique dédié, ou conditionneur de signal, est généralement utilisé pour générer ce signal d'entraînement et également pour convertir la sortie analogique CA de l'appareil en +5 V CC, 4-20 mA ou tout autre format compatible avec l'équipement en aval. Ce circuit peut être externe ou logé dans le corps du transducteur. L'électronique interne permet à l'utilisateur d'alimenter le transducteur avec un signal CC de qualité modérée, ce qui est souvent un avantage dans les applications automobiles embarquées et alimentées par batterie. Cependant, l’électronique externe offre une meilleure qualité et peut fournir des fonctions en option telles que l'étalonnage pour permettre une mesure directe dans les unités de traitement.

Diagrammes LVDT de base

Principe du transformateur différentiel variable rotatif Principe du transformateur différentiel variable rotatif

Comment fonctionne un LVDT ?

Un transducteur différentiel linéaire est essentiellement un transformateur miniature muni d'un enroulement primaire, de deux bobines secondaires à enroulement symétrique et d'un noyau d'armature qui peut se déplacer librement le long de son axe linéaire dans des guides de précision. Une barre de liaison connecte le composant mesuré au noyau de l'armature, de sorte que le déplacement de ce composant déplace le noyau hors du centre.

Un capteur LVDT type est équipé de trois bobines solénoïdes alignées bout à bout, autour du tube. La bobine primaire se trouve au centre et les bobines secondaires au-dessus et au-dessous. L'objet de la mesure de position est fixé au noyau ferromagnétique cylindrique et glisse le long de l'axe du tube. Le courant alternatif entraîne la bobine primaire, ce qui entraîne une tension induite dans les deux bobines secondaires proportionnellement à la longueur du noyau de liaison. La plage de fréquence est généralement comprise entre 1 et 10 kHz.

Le mouvement du noyau déclenche la liaison entre la bobine primaire et les deux secondaires, ce qui modifie les tensions induites. Le différentiel de tension de sortie secondaire supérieur et inférieur correspond au mouvement à partir de la phase zéro étalonnée. L'utilisation d'un détecteur synchrone permet de mesurer une tension de sortie avec signalisation et liée au déplacement. Les transducteurs linéaires LVDT peuvent mesurer jusqu'à plusieurs centimètres de long et fonctionnent comme un capteur de position absolue qui est répétable et reproductible. D'autres actions ou mouvements n'altèrent pas la précision des mesures. Le LVDT est également extrêmement fiable car le noyau coulissant ne touche pas l'intérieur du tube et permet au capteur d'être dans un environnement entièrement étanche.

Le LVDT est un dispositif CA, ce qui signifie qu'il est nécessaire que l'électronique transforme sa sortie en un signal CC utile. Il existe deux modules hybrides qui constituent la base du traitement du signal LVDT : un oscillateur et un démodulateur.

L'oscillateur est conçu pour fournir une onde sinusoïdale stable pour entraîner le transducteur et une référence d'onde carrée pour le démodulateur. Le démodulateur est conçu pour amplifier la sortie du transducteur et la convertir en tension CC extrêmement précise, directement proportionnelle au déplacement.

Pour faire fonctionner le transducteur linéaire, il est nécessaire d’entraîner la primaire avec une onde sinusoïdale. La sortie des secondaires se compose d'une onde sinusoïdale avec les informations de position contenues dans l'amplitude et la phase. La sortie au centre de la course est nulle et augmente jusqu'à l'amplitude maximale à chaque extrémité de la course. La sortie est en phase avec l'entraînement primaire à une extrémité de la course et hors phase à l'autre extrémité.

Dans un transducteur différentiel linéaire de haute qualité, la relation entre la position et la phase/amplitude est linéaire. L'oscillateur et le démodulateur facilitent la transition entre la position et la phase/l'amplitude.

Description de l'oscillateur

La fonction de l'oscillateur est de fournir une tension d'onde sinusoïdale précise pour entraîner le transducteur, stable à la fois en amplitude et en fréquence. Il fournit également une référence de phase d'onde carrée à la référence pour une utilisation interne et pour la fixation des zéros dans le démodulateur. L'oscillateur fonctionne comme suit. L'onde sinusoïdale nécessaire à l'entraînement du transducteur est générée par un oscillateur à pont de Wien interne haute stabilité. La fréquence de l'oscillateur est définie en reliant les broches ou en ajoutant des résistances externes. L'onde sinusoïdale passe ensuite par un amplificateur de puissance pour fournir suffisamment de courant pour entraîner la plupart des transducteurs (50 mA) sans avoir besoin de tampons externes. L'amplificateur de puissance contient des circuits de protection car les courts-circuits sont susceptibles de se produire dans l’environnement où la plupart des transducteurs fonctionnent.

L'onde sinusoïdale est transmise au transducteur et utilisée en interne pour générer une onde carrée pour la phase de référencement du démodulateur. La sortie de l'oscillateur est mesurée par l'entrée de détection à distance, ce qui permet de tenir compte des chutes de tension dans les câbles du transducteur. Cette entrée est échantillonnée par l'onde carrée et comparée à l'entrée de référence dans le régulateur d'amplitude pour maintenir la tension de l'oscillateur à un niveau fixe. L'entrée de référence provient de la sortie de référence ou de la sortie ratiométrique, ce qui permet à la tension de l'oscillateur d’être fixe ou proportionnelle à la tension d'alimentation.

Description du démodulateur

La fonction du démodulateur est de prendre la sortie CA du transducteur et de la convertir en une tension CC utile proportionnelle au déplacement, à la charge, etc. Il contient également des circuits permettant le réglage du gain et du zéro pour s'adapter à une large gamme de transducteurs.



Le démodulateur fonctionne comme suit. La sortie du transducteur est transmise à un circuit de sélection de gain grossier et elle est ensuite amplifiée. Cet amplificateur peut avoir un gain de 25 ou 250 si l'option x10 est utilisée, le gain supplémentaire permettant un fonctionnement avec des transducteurs à faible sortie tels que les jauges de contrainte.

L'amplification principale avec le signal CA signifie que la dérive du circuit est réduite. Le signal CA de haut niveau est ensuite transmis à un démodulateur synchrone de phase, qui utilise l'onde carrée de l'oscillateur pour le convertir en tension CC avec un CA superposé. Il est ensuite alimenté par un filtre passe-bas qui élimine la majorité des composants CA en laissant une tension CC stable avec une légère ondulation. Le filtre passe-bas comprend des circuits pour le réglage du zéro grossier, du zéro fin et du gain fin, et comprend également des connexions permettant de modifier les caractéristiques du filtre.

Innovations et applications pour le transducteur linéaire

LD320 : Capteurs de déplacement LVDT CA haute précision

Il existe de nombreuses options d’installation. L'ensemble bobine peut être fixé au mesurande tandis que la barre de liaison est fixée au point fixe, si nécessaire. Plusieurs liaisons mécaniques peuvent être utilisées, de sorte que le mouvement du noyau puisse être supérieur ou inférieur au mouvement du mesurande.

L'appareil LVDT est meilleur pour les mesures de test de traction

Lors de l'essai de traction d'un matériau pour déterminer son module d'élasticité, il est nécessaire de connaître précisément la charge appliquée et la distance d'étirement du matériau sous cette charge. Traditionnellement, ces paramètres sont mesurés avec précision respectivement à l'aide d'une cellule de charge et d'un transducteur différentiel LVDT. Dans ces derniers cas, un extensomètre, qui intègre le transducteur différentiel, est directement connecté à l'échantillon testé.

Cette méthode présente deux inconvénients distincts:

  1. l'extensomètre doit être configuré pour chaque échantillon et a tendance à limiter son accès.
  2. si l'échantillon est testé jusqu'au point de rupture, le choc brutal peut endommager le transducteur.
Ces inconvénients peuvent être évités en utilisant plutôt un appareil équipé d'un transducteur de jaugeage LVDT qui se déplace en contact avec un mécanisme de transfert « en coin » usiné avec précision.

Avec cette méthode alternative, le transducteur linéaire de jaugeage est fixé à la pince de fixation de l'échantillon qui se déplace au fur et à mesure que le matériau s'étire. Lorsque la tête de détection du transducteur de jaugeage monte la surface inclinée du coin, le mouvement vertical se transforme en un mouvement horizontal proportionnel du noyau du transducteur. Le signal de sortie de tension linéaire du transducteur est transmis à un voltmètre numérique ou à un appareil de mesure similaire, qui peut être étalonné en fonction de l'angle de la surface inclinée afin de fournir une mesure directe et précise de l'élongation du matériau sous charge.

Comme la bille de précision du transducteur de jaugeage se déplace librement le long de la surface lisse et usinée de l'inclinaison, et puisque l'arbre du transducteur tourne sur des roulements de précision, aucune contrainte latérale n'est exercée sur l'arbre du transducteur. Ceci est également assuré par l'utilisation d'un angle d'inclinaison très faible par rapport au sens de déplacement, qui permet également l'utilisation d'un transducteur à petite course ; le mouvement horizontal du noyau du transducteur peut être jusqu'à 10 fois inférieur à la distance verticale déplacée.



Les transducteurs de jaugeage sont dotés de sorties linéaires extrêmement précises, même pour les petites courses, de sorte que la mesure étalonnée de l'élongation de l'échantillon de test est également très précise. Pour les élongations très faibles, par exemple moins de 1 mm sous des charges appliquées élevées, un extensomètre utilisant un transducteur de déplacement linéaire sera légèrement plus précis. Toutefois, le dispositif du transducteur de jaugeage est préférable pour la plupart des applications et il est particulièrement adapté pour le test de matériaux tels que les métaux tendres, les plastiques et le caoutchouc qui s'étirent considérablement sans se casser.

Le transducteur de jaugeage étant fixé sur le côté de la pince, il n'empêche pas l'accès à l'échantillon de test. De plus, il n'est pas nécessaire de le configurer à chaque fois qu'un nouvel échantillon est placé dans la machine de test. En cas de rupture de l'échantillon, l'extrémité du transducteur se déplace simplement plus rapidement le long de l'inclinaison sans risque d'endommagement. La conception générale est très compacte.

Les transducteurs se forment jusqu'à la modification de l'épaisseur du matériau

Les capteurs de jaugeage sont couramment utilisés dans l'industrie pour vérifier que l'épaisseur d'une feuille usinée, telle que du papier ou du métal, reste dans la plage de tolérance spécifiée. Lorsque le profil du mesurande implique différentes épaisseurs, comme une extrusion complexe, il est possible de concevoir un appareil de jaugeage intégrant un certain nombre de transducteurs linéaires pour mesurer les différentes dimensions. Dans une variation de cette idée, les sondes de jaugeage de type LVDT ont été intégrées à un appareil conçu pour mesurer l'épaisseur variable d'un matériau de fabrication naturel : les peaux animales traitées. Ces mesures de profils sont ensuite utilisées pour créer une image d'une peau complète, de sorte que les zones d'épaisseur uniforme peuvent être coupées et utilisées au mieux ; le cuir le plus fin peut être sélectionné pour les gants, les zones plus épaisses pour les sacs à main, etc.



Comme pour les feuilles avec une épaisseur uniforme, la peau est passée entre deux rouleaux, qui sont tous deux libres de pivoter autour de leurs axes, pour la mesure de l'épaisseur. Le rouleau inférieur est fixé dans son plan vertical pour fournir une référence de mesure. L'autre peut se déplacer verticalement pour suivre la surface supérieure du matériau. La distance à laquelle il s'éloigne de la référence (c'est-à-dire l'épaisseur du matériau) est alors mesurée par les transducteurs de jaugeage. Toutefois, pour s'adapter aux différentes épaisseurs de peau, le rouleau supérieur est divisé en seize sections distinctes sur toute sa largeur.

Chaque section est appuyée par un ressort contre un mandrin de support traditionnel, qui est réglé à une distance fixe au-dessus du rouleau de référence. Lorsque la peau passe entre les rouleaux, les sections du rouleau supérieur sont maintenues en contact positif avec la surface du matériau par les ressorts, mais elles peuvent se déplacer vers le haut et vers le bas à mesure que l'épaisseur de la peau varie. Un transducteur de jaugeage LVDT distinct est dédié à chaque section de rouleau et mesure l'épaisseur de la peau à ce point. Afin d'éviter toute déformation latérale de la tête de détection du transducteur, qui pourrait être causée par un contact direct avec le rouleau rotatif, le déplacement vertical est transmis mécaniquement au transducteur par une barre plate pivotée, qui repose avec son extrémité libre sur le dessus du rouleau (voir le schéma en vue latérale).

Le signal de sortie de tension du transducteur est étalonné sur l'appareil de mesure pour tenir compte du fait que la distance parcourue par la tête du transducteur avec cette disposition diffère légèrement du mouvement vertical réel de la section du rouleau. La hauteur du mandrin de support du rouleau supérieur est réglée pour correspondre à une épaisseur de peau moyenne. Le nombre et la largeur des sections de rouleau ont été conçus pour correspondre à la peau la plus large prévue. Au fur et à mesure que la peau passe entre les rouleaux, les mesures enregistrées donnent une indication précise de l'épaisseur variable de peau le long de la ligne de chaque transducteur.

Une « carte de contour » de l'ensemble de la peau, montrant les zones de différentes épaisseurs, est générée en traitant les signaux de sortie du transducteur linéaire sur un ordinateur et en présentant les données obtenues. Des codes couleur ou des tons monochromes peuvent être utilisés pour clarifier les zones de différentes épaisseurs, tout comme les différentes hauteurs de terrain sont indiquées sur une carte normale.

Toute partie de la peau d'une épaisseur requise peut être facilement identifiée pour la fabrication d'éléments spécifiques, ce qui facilite le positionnement des structures et permet une utilisation optimale du matériau avec un gaspillage minimal.

Utilisation de transducteurs différentiels linéaires pour mesurer la pression et la charge

Utilisés conjointement avec un dispositif sensible à la force adapté, tel qu'une membrane métallique ou une bague d'étanchéité, les transducteurs différentiels linéaires peuvent fournir un moyen de mesure de la pression et de la charge extrêmement précis et stable, mais également relativement économique.

L'une des applications du système à membrane est la mesure de la pression à l'intérieur d'un confinement, comme la pression du bloc-cylindres du moteur pendant le développement et les tests. Installé à l'intérieur d'une bague d'étanchéité, le transducteur différentiel peut offrir des avantages par rapport à la jauge de contrainte pour la mesure de très petites charges ou lorsqu’il existe un risque de « coup de bélier ». En général, la membrane métallique convolutée est intégrée à la paroi de la cuve sous pression et fléchit sous la pression. L'épaisseur et la sensibilité de la membrane sont conçues pour correspondre à la plage de pression.



Le transducteur linéaire LVDT est installé à angle droit par rapport à la membrane, avec la tige d'extension du noyau fixée au centre du disque. Des transducteurs linéaires sont disponibles pour des températures de fonctionnement allant jusqu'à 600 °C.

Pour les températures élevées, il est également possible d'utiliser un transducteur de proximité, qui n'entre pas en contact avec la membrane. Toute flexion de la membrane est reflétée par le signal de tension de sortie des transducteurs. Il est possible d’utiliser une simple puce pour l'étalonnage, simplement en mettant sous pression à une haute pression connue et une basse pression, car le mouvement du disque est linéaire avec la pression au centre. Le capteur de pression simple et économique qui en résulte est extrêmement répétable et fiable.

L'intégration d'un transducteur différentiel linéaire dans une bague d'étanchéité offre un système de mesure de charge présentant des avantages significatifs par rapport à la jauge de contrainte dans certaines applications. Fonctionnant avec un très faible mouvement réel, les jauges de contrainte ont tendance à être rigides et insensibles aux très petites charges. La bague d’étanchéité, en revanche, est une sorte de bride plus molle capable de se déplacer plus librement sous charge, uniquement d'un point de vue relatif, car la distance déplacée doit être inférieure à la course totale, par exemple ±0,5 mm du transducteur linéaire. Ce système est donc plus sensible aux charges légères.

Bien que la bague d'étanchéité se plie, elle est en fait plus robuste et plus résistante que la jauge de contrainte. La rigidité d'une jauge de contrainte présente un avantage lorsque la charge est appliquée et retirée rapidement, car le système rigide fournit une réponse haute fréquence. Toutefois, si la jauge de contrainte est soumise à un « coup de bélier » important, elle peut être facilement surchargée. D'autre part, une bague d'étanchéité peut se déplacer plus loin pour absorber le « coup de bélier » sans effet préjudiciable.

Utilisation d'un capteur LVDT pour le comptage

Le comptage à grande vitesse des billets de banque, ou de feuilles similaires nécessitant une précision numérique absolue, peut être obtenu grâce à un principe de conception simple basé sur des transducteurs linéaires. La sortie du signal de tension de ces capteurs LVDT très sensibles peut être utilisée pour : compter les billets individuellement à grande vitesse ; détecter si deux ou plusieurs billets sont comptés ensemble ; identifier une réparation avec du ruban adhésif ; indiquer qu’un billet est plié ; et avertir l'opérateur lorsqu'il manque une partie d’un billet.

Dans une conception de machine traditionnelle, les billets sont envoyés entre deux rouleaux rotatifs, dont l'un tourne selon des roulements fixes, tandis que l'autre peut se déplacer de manière linéaire pour faire varier l'écartement entre eux. Ce dernier rouleau est maintenu en contact positif avec le billet de banque par une charge adaptée. Un transducteur linéaire miniature est installé à chaque extrémité de ce rouleau mobile pour mesurer son déplacement linéaire lorsque les billets passent dans la fente.

Par conséquent, lorsqu'un seul billet passe entre les rouleaux, les noyaux du LVDT se déplacent d'une valeur égale à l'épaisseur du billet, ce qui produit des signaux de sortie de tension d'une intensité correspondante pour les deux transducteurs. Le signal n'est maintenu que lorsque le billet passe entre les rouleaux et produit donc une sortie d'impulsion qui peut être utilisée pour le comptage électronique. Deux billets passant ensemble doubleront l'intensité soutenue du signal, etc.

Autres applications

Turbines de puissanceles applications de turbines de production d'énergie pour les centrales électriques du monde entier utilisent des transducteurs différentiels variables linéaires comme capteurs de position avec des conditionneurs de signaux pour fournir la puissance de fonctionnement nécessaire. Les tensions et fréquences CA requises pour les capteurs de position inductifs ou LVDT ne sont pas disponibles à partir de sources de courant.: le applicazioni di turbine di generazione di potenza per le centrali energetiche di tutto il mondo utilizzano trasduttori differenziali variabili lineari come sensori di posizione con condizionatori di segnale per fornire la potenza operativa necessaria. Le tensioni CA e le frequenze necessarie per i sensori di posizione di tipo induttivo o LVDT non sono disponibili da fonti di alimentazione.

Circuits hydrauliques: les capteurs de position linéaires servent de capteurs de charge dans les accumulateurs hydrauliques, de capteurs externes spécifiques dans les environnements difficiles avec une grande immunité contre les vibrations et les chocs, et incluent toutes les longueurs de course dans nos capacités de détection. Si vous avez besoin de longueurs de course plus longues, contactez l’équipe professionnelle d'ingénierie d'OMEGA pour obtenir des informations sur la conception personnalisée.

Automatisation: les applications d'automatisation LVDT utilisent des sondes de jaugeage dimensionnelles hermétiquement fermées pour être encore plus performantes pour vos laboratoires de R&D, des ateliers de fabrication, et dans les conditions de travail difficiles de l'automatisation industrielle, des environnements de contrôle de procédé, des mesures de la TIR et du jaugeage industriel.

Aviation: la plupart des applications aérospatiales/aéronautiques utilisent des transducteurs de position miniatures ou subminiatures. Il s'agit de mécanismes de détection de déplacement actionnés par câble. Omega peut développer des produits de précision pour des applications utilisées dans les avions commerciaux, les systèmes spatiaux, l'aviation et les systèmes environnementaux pour habitats spatiaux. Les produits sont installés en position fixe et le câble de déplacement est fixé à un objet mobile tel qu'un train d'atterrissage ou un aileron. Le câble se rétracte et s'extrait en cas de mouvement. En fonction du traitement du signal et du système de montage, la sortie électrique indique différents débits, angles, longueurs et mouvements.

Satellites: en plus de la production de satellites, les applications de la technologie satellite et des secteurs connexes nécessitent des transducteurs de position pour les véhicules spatiaux, les avions de transport, les avions de chasse militaires, les drones, les avions expérimentaux, les missiles, les réacteurs nucléaires, les simulateurs de vol ou les chemins de fer à grande vitesse.

Aviation: la plupart des applications aérospatiales/aéronautiques utilisent des transducteurs de position miniatures ou subminiatures. Il s'agit de mécanismes de détection de déplacement actionnés par câble. Omega peut développer des produits de précision pour des applications utilisées dans les avions commerciaux, les systèmes spatiaux, l'aviation et les systèmes environnementaux pour habitats spatiaux. Les produits sont installés en position fixe et le câble de déplacement est fixé à un objet mobile tel qu'un train d'atterrissage ou un aileron. Le câble se rétracte et s'extrait en cas de mouvement. En fonction du traitement du signal et du système de montage, la sortie électrique indique différents débits, angles, longueurs et mouvements.

Satellites: en plus de la production de satellites, les applications de la technologie satellite et des secteurs connexes nécessitent des transducteurs de position pour les véhicules spatiaux, les avions de transport, les avions de chasse militaires, les drones, les avions expérimentaux, les missiles, les réacteurs nucléaires, les simulateurs de vol ou les chemins de fer à grande vitesse.